Dans quels cas le redressement judiciaire marche-t-il ?

Au sein d’une entreprise surviennent des situations qui nécessitent une aide extérieure. Il peut s’agir d’une complication financière impliquant un apport judiciaire. Alors il pourrait être question de procéder à un redressement judiciaire. Ceci dans le seul but de donner une chance à l’entreprise de se remettre sur pied.

Qu’entend-t-on par redressement judiciaire ?

Qualifié de procédure collective, le redressement judiciaire a lieu quand l’entreprise se trouve en cessation de paiements. C’est-à-dire qu’elle n’est plus en mesure de payer ses salariés ainsi  que ses créances venues en échéances. Cette cessation de paiements est notifiée par une ordonnance du tribunal. Elle est momentanée du fait qu’elle se justifie par un manque de liquidité ne permettant pas la vente ou l’achat des actifs de l’entreprise.

Le redressement judiciaire est donc une solution temporaire prise par le tribunal pour permettre à l’entreprise de poursuivre ses activités. Au cours de cette chance accordée à l’entreprise, elle doit pouvoir s’acquitter de ses dettes tout en maintenant les emplois.

Quand est-ce que le redressement judiciaire est un succès ?

Pour affirmer qu’un redressement judiciaire est une réussite, il faudra que l’entreprise à laquelle il a été appliqué connaisse à nouveau une stabilité financière. Cela se traduit par un remboursement total de toutes ses dettes. Ces créances concernent celles consenties avant et au cours du processus de redressement.

Tout ceci sous-entend qu’un plan de redressement a été rédigé, validé par le tribunal et adopté.

Que se passe-t-il au cours de la période de redressement judiciaire pour qu’il soit une réussite ?

Lorsque le tribunal impose le redressement judiciaire, il s’en suit un bilan économique de l’entreprise. Un mandataire judiciaire et/ou administrateur légal sont désignés par le tribunal pour une gestion partielle ou totale de l’entreprise. Ceci peut se faire avec ou sans les dirigeants de l’entreprise.

Le plus important au cours de cette période est qu’après les bilans économiques, les résultats puissent justifier la poursuite des activités. Ce qui prouve que l’entreprise n’est pas dans l’impossibilité de redresser ses finances. De là, est mis en place d’un plan de redressement.

En quoi consiste le plan de redressement ?

Il consiste en la définition d’une stratégie pouvant permettre à l’entreprise de se retrouver financièrement. Cette stratégie est unique du fait qu’elle est élaborée sur la base des difficultés que traverse l’entreprise. Le plan de redressement doit tenir compte des points que voici :

  • s’intéresser aux possibilités existantes pouvant permettre l’apurement des dettes : il s’agit des réformes financières susceptibles de régler les créances dans un processus de continuation des activités ;
  • garantir les emplois et salaires durant le processus de redressement ;
  • prévoir si nécessaire une modification des statuts de l’entreprise de sorte à gérer efficacement les crises présentes et futures.

La cessation de paiements est une situation pouvant être surmontée par les entreprises. Cette procédure temporaire n’est surmontée que par un redressement judiciaire approuvé et réussie. En cas de non-redressement, l’entreprise fait objet de liquidation judiciaire qui entraîne sa suppression définitive.

Dans quels cas le redressement judiciaire marche-t-il ?
Retour en haut